Partenaires

facebook

Affaire Mint Ely Kory : la mauvaise utilisation des NTIC....

ven, 05/01/2020 - 10:36

Ce jeudi 30 avril, le siège de l’Association des femmes cheffes de famille (AFCF) a abrité une conférence de presse présentée par Madame Aminetou Mint Mokhtar, sa présidente.

Dans son introduction, elle a regretté l’usage en Mauritanie à des fins de nuisance des nouvelles technologies. A cette occasion, elle restituait l’expertise par un bureau d’experts français, sur demande de l’AFCF, d’un film monté de toutes pièces pour nuire à l’honneur et à la dignité de Fatimetou Mint Ely Kory dite Vedeida.

Dans un aperçu des faits : Fatimetou Mint Ely Kory saisit l’AFCF et lui donne entière procuration dûment établit pour introduire une plainte auprès de la justice suite à une diffusion sur les réseaux sociaux d’un film « portant atteinte à son honneur et popularité. » Ainsi, procuration a été délivrée à l’un avocat de l’AFCF, Me Mohamed Ould Sadvi pour que la lumière soit faite sur cette affaire.

Aminetou a rappelé qu’avant de décider quoi que ce soit, elle a tenu à préciser d’emblée que l’Ong AFCF n’est pas une partie prenante dans un conflit qui oppose deux familles, ni deux groupes. Elle aussi affirmé que AFCF, n’est ni pour une tribu, ni pour une communauté, ni pour une région et ni d’ailleurs pour une race. « Nous avions réitéré et nous y tenons que nous sommes indépendants, que nous ne sommes là que pour défendre les femmes et les enfants de toutes les composantes sociales de Mauritanie à tous les niveaux, mauritaniens ou étrangers (...) Nous avons décidé d’envoyer le film en France pour les besoins d’expertise.

Nous l’avons envoyé par via whatsapp et on nous l’a renvoyé par mail. La plainte était portée sur l’honneur de cette femme d’ailleurs mariée dans son foyer avec ses enfants. Là, il s’agissait de vérifier l’authenticité ou non du film », expliqua Madame Aminetou Mint Mokhtar.

La réponse est irritante, affirme-t-elle. Après avoir parcouru tout le processus de montage des images et du son de ce document, les experts ont signifié qu’il « y a eu une présence d’hyper trucage d’image d’un homme et non celle de femme. Cette expertise a été certifiée par des spécialistes de son et professionnels d’image ».

Une projection du film a été faite et toutes les manipulations ont été mises en relief devant la presse. En plus des paragraphes explicatifs étaient là pour plus de détails.

Avec ce travail accompli par des professionnels en France, fait remarquer la présidente de l’AFCF, Aminetou Mint Mokhtar, « nous avons pu blanchir cette femme des fausses accusations dont elle était l’objet. D’autant qu’elle a été victime, son honneur et sa personne ont été piétinés. Elle, ses enfants et son entourage familial ont été exposés à la vindicte de tous, leur honneur avait été ironisé.

Alors, aujourd’hui, elle retrouve son honneur. L’ensemble doit être informer de la vérité et la réalité des faits. Les mauritaniens doivent savoir que cette femme est blanchie pour les faits dégradants qui lui sont reprochés. Fatimetou est loin de ce qu’on lui reproche dans ce film, créé de toutes pièces par (…). 

A en croire que nous sommes une organisation qui lutte et milite contre toutes les violences et maltraitances dont les femmes et les enfants sont victimes et défendons les droits des victimes de l’injustice et du tort.

Les autorités et le gouvernement doivent veiller sur l'usage des technologies nouvelles, dira Aminetou.
« C’est une fausse production qui a été fabriquée à partir du faux. Nous sommes dans l’ère de la technologie, le temps de la mondialisation et de la révolution. Malheureusement pour certains, les outils technologiques sont mal utilisés et pas de contrôle sur leur utilisation et même leur exploitation », martèle la présidente de l’AFCF.

Selon les informations, les accusées d’être derrière cette affaire seraient des personnes qui ont été à un certain proche de Fatimetou Ely Kory. Sur ce sujet, le dossier a été porté à la justice et l’instruction suit son cours.